Ce blog est une plateforme d’expression et de réflexions sur l’actualité de la filière équine. Equistratis étant un think tank ouvert et pluriel, nous donnerons la parole à des acteurs socioprofessionnels de la filière sans parti pris. Il est essentiel que les interrogations, les désaccords mais aussi les idées puissent s’exprimer.

28 millions € face aux 139 millions € de pertes de revenus depuis 2019

Un premier effort insuffisant
pour la majorité des Socio-Pro qui sont dans le rouge


Montsûrs, le 22 novembre 2021
: Le communiqué du Trot annonçant une augmentation des allocations de 28 M€ en 2022, anticipe sur un budget qui n‘a pas encore été présenté et mise donc sur des hypothèses de résultat 2022 sujettes à caution.

Mais ce qui est plus grave, c’est le caractère exagérément victorieux d’une direction qui a cumulé depuis 2019 les décisions de réduction des mêmes allocations allant jusqu’à amputer le revenu des Socio-Professionnels de 139 M€ en trois ans, dont 42 M€ à la suite de la crise sanitaire.

Cette dérive devrait inciter à beaucoup plus d’humilité des dirigeants face à la majorité des Socio-Professionnels qui sont dans le rouge.

Ainsi ces 28 M€ ne représentent que 20% des baisses de revenus constatés et, circonstance aggravante, infligés prioritairement aux petites et moyennes écuries qui enregistrent des pertes beaucoup plus importantes.

Ainsi non seulement l’écosystème des courses est profondément fragilisé, ce qui se traduit notamment par une baisse significative du nombre des partants, mais il est très probable que ce petit regain d’allocations profitera essentiellement aux grandes écuries aggravant encore des déséquilibres flagrants.

Nous rappelons que la baisse des revenus de l’année 2020 aurait pu être compensée par un PGE et nous rappelons que la possibilité d’en contracter un est repoussée jusqu’en juin 2022.

Mais manifestement, les Sociétés Mères ont préféré s’engager sur un projet immobilier dont le coût et le montage financier interrogent plutôt que d’assurer le soutien indispensable des acteurs de la filière pendant une période difficile, préférant des effets d’annonce à une stratégie digne d’un service public.

28 millions € face aux 139 millions € de pertes de revenus depuis 2019

Articles Récents

Articles de Tags