Ce blog est une plateforme d’expression et de réflexions sur l’actualité de la filière équine. Equistratis étant un think tank ouvert et pluriel, nous donnerons la parole à des acteurs socioprofessionnels de la filière sans parti pris. Il est essentiel que les interrogations, les désaccords mais aussi les idées puissent s’exprimer.

Plainte contre X auprès du Parquet National Financier


Equistratis a déposé une plainte contre X auprès du Parquet National Financier pour déterminer les responsabilités à l’origine des dérives observées sur le Simple Placé


Montsûrs, le 29 avril 2021 : Une forte montée en puissance des mises en Simple Placé sur des chevaux ultra favoris s’est opérée depuis un an et s’est accélérée depuis l’automne 2020.

Le PMU offrant un rapport fixe de 1,10 par euro misé lorsque ces mises sont trop importantes, les parieurs concernés, principalement des grands parieurs internationaux, sont donc assurés de rentabiliser leur mise à hauteur de 10% bénéficiant ainsi d’une rente immédiate et automatique.

Equistratis a analysé toutes les courses où ce phénomène s’est produit en retenant comme critère de ne sélectionner que celles où 50% des mises d’une course se sont portées sur un seul cheval en Simple Placé (cf. tableau à télécharger).

Le résultat est sidérant. Alors qu’en 2018 et 2019, il n’y a eu que 123 courses concernées pour un montant total de mises de 11M€, soit un surcoût de 1 M€ (10%) ; de janvier 2020 à fin mars 2021, 445 courses sont concernées pour un total de mises de 74 M€, soit un surcoût de 7,4 M€ (10%).

A ce coût s’ajoute le manque à gagner sur le Simple Placé pour les sommes concernées.

C’est 18,7 M€ pour 2020-2021 qui ont ainsi été prélevés sur la marge du PMU et principalement sur le retour Filière. Et ceci à un moment où la crise sanitaire frappait durement les Socio-Professionnels qui ont vu leurs revenus diminuer, sans compensation par une PGE que les Sociétés Mères ont refusé de contracter.

Cette dérive totalement contraire aux règles du pari mutuel n’a pu échapper au PMU et aux Sociétés Mères et ce d’autant plus que des articles de la presse généraliste s’en sont fait l’écho dès l’automne 2020 et que l’Association Nationale des Turfistes (ANT) l’a dénoncée dans ses publications et auprès des Ministres de tutelle.

Mais peut être l’augmentation significative des statistiques des jeux online, dont plus de 10% de la croissance observée ces derniers mois provient de ce type de paris a-t-elle été perçue comme favorable par le PMU pour agrémenter son volume d’enjeux, à défaut d’améliorer ses résultats ?

Ce serait en soi une grave négligence de gestion.

L’Etat a, par ailleurs, perçu des prélèvements fiscaux conséquents sur les mises en question aggravant ainsi la perte occasionnée par le système mis en place.

Mais, plus que tout, l’empressement suspect de gros parieurs à se porter sur ce type de « placement » sans risque ne peut s’expliquer seulement par la négligence des uns et l’aveuglement des autres. 

C’est pourquoi Equistratis vient de déposer une plainte contre X auprès du Parquet National Financier des chefs d’escroquerie, de corruption passive et active mais aussi de blanchiment, une part significative de ces mises ayant été effectuées à l’étranger sur des courses très peu dotées mais pour lesquelles les mises en Simple Placé sur un cheval ultra favori ont été anormalement élevées.

Si depuis le 1er avril, le PMU a réduit à 5% le “retour“ en cas de mise pléthorique sur le cheval en Simple Placé, le préjudice subi par les Socio-Professionnels et les turfistes subsiste et demeure anormal, tandis que certains continueront à profiter du système en toute impunité.

Il est grand temps que l’Institution hippique soit réformée en profondeur et que la transparence et la régularité y règnent, afin que les Socio-Professionnels et les parieurs cessent d’être seules les variables d’ajustement.

Les courses hippiques sont un service public et non la chose de quelques privilégiés, rappelons-le !

Plainte contre X auprès du Parquet National Financier

Articles Récents

Articles de Tags