Ce blog est une plateforme d’expression et de réflexions sur l’actualité de la filière équine. Equistratis étant un think tank ouvert et pluriel, nous donnerons la parole à des acteurs socioprofessionnels de la filière sans parti pris. Il est essentiel que les interrogations, les désaccords mais aussi les idées puissent s’exprimer.

Equistratis s'exprimera mercredi 11 avril à 12h sur France Sire

Malgré les promesses du PMU de redressement de l’activité, la situation continue à se dégrader fortement.

C'est pourquoi Arnaud Poirier interrogera Donatien Sourdeau de Beauregard, co-président d’Equistratis et Jacques Carles, délégué général d’Equistratis, pour avoir leur analyse de la situation, mais aussi pour vous apporter des clefs de compréhension. 

Quelles sont les conséquences prévisibles des mauvais résultats enregistrés depuis le début de l'année?

Quels sont les avantages et les risques d'un changement de statut du PMU?

Et comment la Filière hippique peut-elle tirer son épingle du jeu de la privatisation de la FDJ?

Parmi les propositions d'Equistratis, quelles sont celles qui sont déjà en oeuvre ? Et pourquoi certaines d'entre elles sont elles toujours refusées par la gouvernance actuelle?

Comment Equistratis envisage d'agir dans les prochains mois pour faire entendre la voix des socio-professionnels?


Si les évolutions proposées par Equistratis en matière de gouvernance et d’audit du PMU sont reconnues comme pertinentes et commencent à être engagées, l’urgence de la situation appelle un rythme et une intensité plus importante quant à leur mise en œuvre.

Il reste également à ouvrir les autres dossiers, tels que la programmation des courses, l'offre de jeux, ou la relance des activités sur les hippodromes. 

Après avoir misé sur l’évolution de la fiscalité et de la TVA, certains dirigeants de la Filière réfléchissent aujourd’hui à un changement de statut du PMU. Est-ce vraiment le sésame?

Enfin Equistratis constate que les Sociétés Mères rejettent toujours les chiffres des coûts des paris sportifs financés par les recettes du hippisme et donc indirectement par les allocations des socioprofessionnels. 

Pourtant, en plus des coûts d’exploitation et de publicité dépensés pour le développement des paris sportifs et du poker online, ces activités ont amputé les comptes des Sociétés Mères de près de 120 millions d’euros depuis 2010. Et elles pèseront pour 15 millions d’euros dans le déficit à payer par France Galop et le Trot en 2018.

De combien faudra-t-il encore réduire les allocations des socio-professionnels pour que les responsables de la filière reconnaissent qu'ils n’ont plus les moyens de financer à perte les paris sportifs et le poker online ?

Et que dire de l’impact contestable des Grands Parieurs Internationaux sur les rapports versés aux turfistes en France, comme l’a très bien démontré l’Association Nationale des Turfistes ?

Nous vous attendons nombreux sur le Facebook live de France Sire afin de répondre à vos questions.

 

* L’interview de Donatien Sourdeau de Beauregard et de Jacques Carles sera diffusée en direct sur la page Facebook de France Sire à partir de 12h (l’horaire exact vous sera communiqué via Twitter et les sites de France Sire et d’Equistratis).

 

Equistratis s'exprimera mercredi 11 avril à 12h sur France Sire

Articles Récents